La politique métropolitaine en matière de méthanisation

16 juillet 2020
--

La méthanisation constitue actuellement la voie la plus mature pour la production de gaz renouvelable. Elle connait un fort développement sur l’ensemble du territoire national avec une capacité maximale annuelle d’injection qui atteint 2,1 TWh fin 2019 contre 1,2 TWh fin 2018.

La Métropole Européenne de Lille (MEL), 4ème métropole de France avec 1,2 million d’habitants, dispose d’un réseau de gaz qui couvre l’ensemble de ses communes en mesure d’accueillir facilement le biogaz produit sur le territoire métropolitain. Ainsi, la production de biogaz, énergie 100% renouvelable, occupe une place de choix dans la politique énergétique métropolitaine puisque chaque m3 de biogaz issu de la méthanisation remplace un m3 de gaz naturel d’origine fossile. Cette énergie locale permet à la MEL de réduire sa dépendance aux importations énergétiques.

Une métropole pionnière dans le développement du biométhane


@Crédit photo : MEL – Vincent Lecigne

Dès les années 90, la MEL a été pionnière en France avec l’alimentation des premiers bus au GNV. Depuis 2013, l’intégralité de la flotte de bus de la MEL, soit 428 véhicules, roule au gaz naturel. Le réseau de bus urbain de la MEL est le seul aujourd’hui à être complètement exploité par des bus motorisés au GNV. En outre, les bus rechargés au dépôt bus de Sequedin bénéficient d’une part significative (40%) de bioGNV produit par le Centre de Valorisation Organique. C’est aussi 10% des bennes de récupérations des ordures ménagères qui roulent au GNV.

Contribuant à l’amélioration de la qualité de l’air et la réduction d’émission GES, la MEL entend poursuivre le développement du GNV dans le secteur du transport de marchandises en accompagnant les transporteurs métropolitains.

La MEL dispose par ailleurs d’équipements de pointe pour développer la production de biométhane :

Le Centre de Valorisation Organique

Mis en service en 2007, le Centre de Valorisation Organique est le premier site en France à injecter dans le réseau de gaz naturel du biométhane produit à partir de déchets organiques. La MEL y produit environ 600 000 Nm3 par an.

La station d’épuration Ovilleo ouvre la voie


@Crédit photo : MEL – Antoine Repessé

Ovilléo, plus grande station d’épuration au Nord de la France, est équipée d’une unité de méthanisation qui permet de produire du biogaz à partir des boues d’épuration. Le biogaz produit permet de couvrir 94% des besoins en énergie thermique de l’usine, mais aussi de fournir de l’électricité à 800 foyers grâce à un système de cogénération.

Le programme de reconstruction/extension de la station d’épuration de Wattrelos intègre des équipements de méthanisation des boues avec réinjection dans le réseau à l’horizon 2028. A plus long terme, la méthanisation avec réinjection pourrait être intégrée à d’autres stations d’épuration à l’occasion de leur reconstruction.

Un nouvel outil : le label Euraméthanisation

Métropole la plus rurale de France, le territoire dispose d’atouts pour développer la méthanisation agricole. Pour soutenir le développement d’unités de méthanisation agricoles, la MEL a créé le label métropolitain Euraméthanisation en 2019. Ce label propose un accompagnement technique, juridique et financier pour faciliter le développement de projets agricoles de qualité tant sur le plan technique, en matière d’insertion et d’acceptabilité dans le territoire.

PARTAGEZ CETTE PAGE
Actualité précédente
Actualité suivante